Télécharger l’article en pdfimage_pdf

 

C’est sur une étape de son Tour de Wallonie que nous avons fait connaissance avec le Repair Café Mobile, un véhicule insolite venu récemment compléter le réseau des 171 Repair Cafés de Wallonie et de Bruxelles. Une remorque farfelue ? Loin de là ! Il est le fruit du travail de Simon Frémineur, un jeune designer passionné, et de l’expérience de l’asbl Repair Together, qui crée des lieux de rencontre et d’échanges autour d’une aspiration : réparer ensemble pour faire durer. Nous avons exploré pour vous cette heureuse combinaison de design industriel et de design de service !


 

Les compétences du designer créent le projet, l’expérience de l’entreprise l’enrichit

 

Échange entre Simon Frémineur, le designer (à gauche), et Luc Deriez, le coordinateur (à droite), à l’occasion du passage du RCM à Rebecq.

 

Depuis la création de Repair Together et de son premier Repair Café en 2012, Luc Deriez, son coordinateur, rêve d’un véhicule qui, à la manière d’un « bibliobus », sillonnerait le territoire à la rencontre des citoyens.

Qui aurait cru que, 7 ans plus tard, un jeune étudiant en design industriel de l’ESA St Luc allait faire de ce rêve une réalité ? Et, de son côté, Simon aurait-il pu rêver mieux que de voir son projet de fin d’étude prendre vie grâce aux conseils éclairés de l’équipe de Repair Together ?

Des questions de conception techniques à l’enjeu de l’utilisation durable des ressources, en passant par les moyens de mobiliser un réseau ou encore les défis d’accessibiliser et d’ouvrir une solution de réparation au plus grand nombre, Luc et son équipe ont fourni à Simon la matière première pour faire de ce Repair Café Mobile une réponse performante.  

 

Maquette réalisée par Simon Frémineur dans le cadre de son travail de fin d’études en Design Industriel à l’ESA Saint-Luc (2018).

 

« Le projet de Simon a été une révélation : je ne pouvais pas me contenter de la maquette ! C’était LA solution pour diffuser notre projet, pour étendre notre initiative là où elle n’existe pas encore », Luc Deriez, Coordinateur général de Repair Together asbl.

 

 

 

 

 

Tous les attributs d’un Repair Café fusionnés dans un espace mobile

 

 

D’apparence simple, le Repair Café Mobile regorge de détails complexes. Il crée des scènes ouvertes autour d’un point central qui, lui-même, crée des mouvements et des échanges. Ainsi, 3 espaces s’articulent autour de la remorque :

  • Un espace « réception », dédié à l’accueil, aux premiers échanges et au pré-diagnostic des petits appareils ménagers ;
  • Un espace « réparation », doté de rangements pratiques pour les outils ainsi que de plans de travail, conçu avec un vis-à-vis entre les deux côtés du véhicule et éviter le cloisonnement qui s’opposerait à la recherche de lien social ;
  • Un espace « bar » pour honorer le côté « café » à l’origine du concept.

 

 

S’ajoutent à cela tous les aspects fonctionnels travaillés dans les moindres détails : les bâches qui font office de toiture tout en laissant passer la lumière naturelle, les éclairages intégrés, les éléments qui sécurisent la circulation autour du véhicule… Scénographe de formation, Luc a en effet soumis à Simon une question essentielle : comment les visiteurs allaient-ils se mouvoir autour du véhicule central…?

 

« Du prototype à la production, en passant par la réalisation, l’optimisation des plans en concertation avec le producteur et le suivi de production, mon projet d’étudiant a dû patienter 3 ans avant de prendre la route ! Luc m’a poussé très loin dans mes réflexions en termes de matériaux, de ressources et de durabilité. », Simon Frémineur, Designer industriel.

 

 

 

Des questions plus réglementaires se sont en effet posées, mêlées aux exigences de durabilité de l’asbl : quel type de véhicule allait tracter la remorque ? quel poids un véhicule léger et accessible à plusieurs conducteurs pouvait-il tracter en toute sécurité ? comment estimer le poids du matériel de base nécessaire aux petites réparations courantes ? où le véhicule allait-il être entreposé ?… etc.

 

L’open source coule de source

La philosophie du projet découle de son caractère social : quel intérêt si le Repair Café Mobile ne peut être partagé et reproduit par d’autres ? C’est ainsi que tous les éléments de conception ont été rendus accessibles en Open Source.

 

« Les valeurs portées par le Repair Café Mobile sont cohérentes avec les idéaux de Repair Together : l’évolution des habitudes de consommation et la diminution des déchets, la cohésion sociale et la transmission des savoir-faire », Luc Deriez, Coordinateur général de Repair Together asbl.

 

 

Les deux acolytes soulignent également que le Repair Café Mobile tient compte de la complexité de certains appareils ainsi que des opportunités offertes par l’’innovation numérique : l’espace est prévu pour intégrer une imprimante-3D qui pourra fournir des pièces de remplacement sur-mesure sur base de plans fournis par les constructeurs ou proposés, toujours en open source, par des citoyens passionnés.

 

Pour le demandeur et le concepteur, une plus-value réciproque

Pour l’asbl, qui fonctionne grâce à des subsides, ce nouvel outil offre des perspectives de renforcement en termes d’indicateurs : création d’emplois indirects, offre de formation pour les apprentis réparateurs, nombre d’objets valorisés… Elle lui apporte également une grande visibilité et renforce la dimension fonctionnelle de l’approche proposée par les Repair Cafés.

Pour le designer, au-delà de l’opportunité de relever ce challenge, c’est la construction d’un partenariat avec l’atelier de production autour des plans et des outils, la nécessité de faire comprendre la finalité du projet pour le rendre possible, la découverte des problématiques réglementaires et des choix qui en découlent… qui représentent un pas en avant dans l’exploration et a mise en pratique du métier.

 

Focus sur la valeur ajoutée du design

 

Le prototype non fonctionnel réalisé par Simon Frémineur, en tant qu’étudiant. Le cahier de charges et le suivi de projet réalisés par Simon Frémineur, en tant que designer industriel.
 

Explorer les opportunités, par l’analyse des usages et l’observation du contexte, qui ont permis le développement d’un projet des besoins des utilisateurs pressentis.

 

Formaliser le concept dans un prototype non fonctionnel : une maquette 1:10 et une bâche 1:1 représentent l’idée de départ ; ces supports permettront au demandeur de se projeter dans le projet, de visualiser la concrétisation de son idée et de valider le projet.

Le prototype a permis un contact concret de l’idée avec l’utilisateur (membres de l’asbl et réseau) et, ainsi, de disposer de premiers feedbacks déterminants.

Il a également constitué un support utile pour appuyer des demandes de financement.

 

Etudier la faisabilité du projet, tenant compte des contraintes techniques et réglementaires. 

 

Challenger le prototype en collaboration avec l’atelier de production et le demandeur : échanges, adaptations des plans et des outils, analyse et compréhension technique dans le but d’apporter une solution aux différents challenges techniques (contraintes d’ergonomie, de poids, de sécurité…).

 

Faire la conception technique en réalisant les plans et en incluant les spécificités techniques, pour permettre la production et la mise à disposition du projet en open source.

 

Management du risque et accompagnement du client dans la phase de production et de validation du produit.

 

En Bonus ! 

Curieux de découvrir comment le Repair Café Mobile se déploie ? On vous montre ça en vidéo ! 

 

 

 

 

 

Liens utiles :

 

 

 

Article rédigé par Emilie Parthoens,
avec le soutien du Fonds européen de développement régional.