Télécharger l’article en pdfimage_pdf

Les associations publiques soutenant les secteurs du design – Wallonie-Bruxelles Design Mode, MAD – Home of Creators, Flanders DC et Wallonie Design – se mobilisent pour mettre en avant les forces vives de ses professionnels, acteurs du changement.

Nous sommes convaincus que les designers pourront aider la société, les autorités publiques, les institutions et les entreprises à imaginer et mettre en œuvre des scénarios et des solutions qui permettront un vivre-ensemble plus harmonieux , tout en tenant compte du contexte turbulent/chamboulé de 2020.


L’après-COVID ne pourra pas, ne devra pas se résumer à un retour à la normalité des choses. Nous vivons aujourd’hui des situations inédites, provoquées par le COVID-19, remettant en question nos activités, nos habitudes, nos routines, nos protocoles.

Ces situations questionnent certaines hypothèses fondamentales qui font tourner nos institutions et nos entreprises.
Ces situations mettent en exergue la nécessité de ré-imaginer de nouveaux dispositifs, tout en analysant les infrastructures existantes, qu’elles soient organisationnelles, matérielles, logistiques, sanitaires ou éducatives.

C’est ce que font les designers. C’est l’essence du métier de design.

Rappelons Herbert A. Simon (Prix Nobel, économiste). Dans “Les Sciences de l’artificiel” (1969), il nous offre une méta-définition du design qui fait consensus, tant auprès des universitaires que des praticiens  : « Est en train de designer [verbe] celui qui conçoit une série d’actions destinées à changer des situations existantes en des situations préférables. » On parle souvent aussi de « situations meilleures pour l’être humain ».

Le designer envisage des solutions dans lesquelles des personnes trouvent réponse à leurs désirs, à leurs besoins, à leurs frustrations. Ensuite, il les conçoit, il les prototype, il les réalise, il les affine, il les met en œuvre.

Les chantiers de remise à plat et de rebond seront nombreux ; l’expertise du design y apportera de la valeur, économique, éthique, humaine ou systémique. Les services et les produits sont amenés à être repositionnés (notamment avec le digital) ; les systèmes sanitaires, alimentaires et éducatifs sont à repenser.

Du design stratégique au design thinking et au design de systèmes, les expertises métier du design vous permettront d’envisager des possibles meilleurs.

Du design urbain au design des objets, au design des services et des plateformes, l’humanité a accumulé expériences et expertises.

Les designers contribuent à la mise en œuvre des systèmes qui permettent aux gens de vivre, de se déplacer, de manger, de se détendre, … en dialogue avec les politiques publiques, les ingénieurs, les techniciens, les commerçants, les managers, les entrepreneurs, les start-ups, … mais aussi les grandes entreprises et les associations à but non lucratif.

  • Le design est à la croisée du désirable (humain), du faisable (technologie), du viable (business).
  • Le design est vertical, de l’idée abstraite à sa mise en œuvre concrète, pragmatique, utile et utilisable.
  • Le design offre les outils et les process pour assurer une mise en œuvre structurée des idées et voir de l’innovation dans de nombreux secteurs.

Le design doit faire partie des conversations multi-disciplinaires pour imaginer, concevoir, prototyper les futurs désirables, faisables, viables pour répondre aux besoins des citoyens.

Les designers peuvent soutenir les groupes de travail avec une approche non conventionnelle car leurs méthodes propres permettent d’aborder les systèmes les plus complexes de manière stratégique.

Leur expertise peut être appliquée dans tous les domaines: mobilité, espace public, soins de santé, politique, contacts avec les usagers, finance, sécurité, une liste quasi infinie.

Dans de nombreux pays européens, les pouvoirs publics ont su tirer parti du design thinking.

N’hésitez pas à associer des designers aux task-forces et à faire appel à eux dans les cahiers des charges publics. Vous les trouverez via les sites web des organismes signataires de cette lettre.

 

En restant à votre disposition pour développer ces points,

 

Cordialement,

 

Wallonie-Bruxelles Design Mode

Flanders District of Creativity

MAD – Home of creators

Wallonie Design

 

La présente lettre est rédigée en collaboration avec Alok Nandi, designer et Past President de Interaction Design Association (www.aloknandi.com )

 

Les institutions à l’initiative de cette lettre ouverte sont :

 

Wallonie-Bruxelles Design Mode est l’agence publique qui soutient les entreprises et les designers de Wallonie et Bruxelles dans leur développement international.

L’agence offre des services spécifiques en matière de soutien à l’exportation pour les industries ciblées. L’innovation, la fiabilité et la constance dans la durée sont des vertus essentielles prônées par WBDM.

Contact : Giorgia Morero, project manager (giorgia.morero@wbdm.be)


 

MAD – Home of Creators est une plateforme d’expertise dans les secteurs de la Mode et du Design qui contribue de manière concrète au développement économique, à l’emploi et au rayonnement de Bruxelles dans une perspective d’innovation, d’excellence et de participation.

Contact : Elke Timmerman, directrice MAD LAB+ (elke.timmerman@mad.brussels)


 

Flanders District of Creativity (Flanders DC) est le point de contact unique pour le secteur des entreprises créatives en Flandre. Il accompagne les entrepreneurs dans le démarrage, la croissance ou l’expansion professionnelle de leur projet.

Contact: Pascal Cools, managing director (pascal.cools@flandersdc.be )


 

Wallonie Design est l’organisme wallon de référence qui facilite le recours au design pour concrétiser des innovations et anticiper les changements de la société, au profit de tous. Wallonie Design valorise le design comme moteur du développement durable et économique. Son objectif est d’accroître l’utilisation du design et de ses méthodes, au sein des entreprises wallonnes et des pouvoirs publics.

Contact: Clio Brzakala, directrice (clio.brzakala@walloniedesign.be)