Vous êtes ici : Accueil > Blog design

BLOG DESIGN

Le design, un truc de bobo ?

9 idées reçues sur le design

Une grande partie de notre job, chez Wallonie Design, consiste à expliquer ce qu’est le design. Pourtant, nous le constatons tous les jours : le design reste méconnu et véhicule bon nombre d’idées reçues. Certes le design est « à la mode »… Mais toute médaille a son revers : cet engouement va de pair avec pas mal d’incompréhensions.

 

Nous avons décidé dans ce « Focus » de laisser la langue de bois de côté et de passer en revue les idées qui circulent, de manière générale, au sujet du design.

Le design est souvent réduit à l’approche esthétique d’un produit. Il serait en outre réservé à un public qui aime se distinguer par le luxe et les produits chers. Et pourtant : tous les secteurs, et pas seulement celui du luxe, sont concernés par le design. Les témoignages régulièrement publiés sur ce site le prouvent : on y retrouve des entreprises actives dans l’alimentation, la santé, les jouets, mais aussi la récupération de matériaux, le chauffage, l’humanitaire…

Exemple : L’entreprise O’SUN qui cherche à offrir des solutions d’éclairage aux 600 millions d’Africains qui vivent sans électricité. Autre exemple : l’entrepreneur Thierry Peeters a travaillé dix ans avec un designer pour mettre au point le Droper, le tout premier perfuseur portable autonome. L’appareil fonctionne sans électricité et s’adresse au marché mondial des soins en situation d’urgence ou de catastrophe.

On imagine souvent que les designers sont des dessinateurs de formes, de looks, des artistes qui créent des gadgets originaux ou des pièces très chères, qui se retrouvent uniquement dans les revues de papier glacé. Le design que nous promouvons chez Wallonie Design est assez éloigné de ce design d’auteur. Nous parlons plus volontiers de designer industriel : il intervient durant la R&D, durant le développement du produit, les phases de prototypage et de présérie. Donc bien avant la fin, et certainement pas pour dessiner uniquement la forme du produit, son habillage. Le designer industriel ne crée rien à l’avance, il répond à un cahier des charges, à des scénarii d’usage précis et attendus par les utilisateurs - le designer industriel s’assure du confort des divers utilisateurs, du client final à l’installateur en passant par la maintenance - tout en tenant compte de l’outil industriel qui va devoir produire le projet.

Exemple : Le portillon pivotant Slimlane, devenu un bestseller, résulte d’une collaboration étroite entre la société Automatic Systems et une agence de design. Ou encore la société Dalcq (friteuses et gaufriers Frifri), dont le travail avec des designers a permis aux ventes de décoller. Le design a remis le client au cœur de son action et lui a fait envisager son positionnement sur un plus long terme.

La démarche design est bien souvent une source de nouvelles opportunités et donc de business. Exemple : l’entreprise Ardennes Toys a eu l’idée de valoriser des chutes de bois issues de la fabrication de présentoirs, et s’est lancée avec succès dans le jeu en bois. Son produit phare a reçu le label Jouet de l’Année 2013.

Le design permet aussi de doper les ventes. Suite au changement d'image réalisé avec l'aide d'une designer, les ventes de l'Escavèche du Clos Normand (Macquenoise) ont progressé d'un tiers, et la bière Goliath de la Brasserie des Légendes a conquis de nouveaux marchés jusqu’alors réticents !

Bref, le design peut faire gagner de l’argent, mais en plus il peut être soutenu financièrement. La Wallonie dispose de nombreux programmes permettant aux entreprises d’initier des démarches design. Les mécanismes sont référencés sur le site web de Wallonie Design.

Le design n’est pas l’apanage de bureaux parisiens ou londoniens ! Les entreprises de chez nous peuvent s’adresser à des designers de leur zone géographique. Plusieurs d’entre eux sont connus internationalement et ont été récompensés par des prix importants.

La plupart des entrepreneurs qui ont l’idée d’intégrer le design dans leur façon de travailler ne savent pas au préalable à quel professionnel s’adresser. Des organismes comme Wallonie Design et ses partenaires peuvent les aider à trouver le designer qui répondra à leurs attentes et à bénéficier des incitants existants. Un outil comme le "Trouver un designer" permet d’effectuer les premières recherches en ligne. Wallonie Design peut vous mettre en contact, cela fait partie de notre job !

Le métier de designer évolue. Il se focalise de plus en plus sur l’usager et développe des méthodes de conception qui rendent les choses à la fois faisables, viables, utiles et désirables. Il s’intéresse à de nombreux domaines, y compris depuis quelques années aux services.

L’objectif ? Concevoir des services centrés sur l’usager, en mettant l’accent sur 3 éléments essentiels : les usages qu’ils permettent, l’expérience qu’ils procurent, et leurs points de contact, c’est-à-dire tous les éléments tangibles qui établissent un lien entre le service et l’usager (Source : Yves Voglaire).

Le design de service prend tout son sens dans l’économie de la fonctionnalité, qui vise à remplacer la vente d’un bien par l’usage auquel il correspond. Un exemple connu est celui des vélos en libre service de type Villo! :  on commercialise un service (un transport) plutôt qu’un produit (un vélo).

Le design ne se limite pas à l’habillage d’un produit existant. Le design travaille aussi sur la valeur et la fonctionnalité des produits, sur la manière dont ils répondent aux évolutions de comportement des consommateurs, aux changements législatifs, à l’apparition de nouvelles normes... Le design interroge également les modes de production, les conséquences sur l’environnement tout au long des cycles de vie. Le design devient un instrument de leadership stratégique.

Exemple : l’entreprise Stûv, pour laquelle le design est un véritable état d’esprit. En matière d’innovation, cette société a constamment une longueur d’avance. Ou la société EPIC qui, en repoussant les limites technologiques et créatives, est en train de s’ouvrir vers un nouveau métier en développant des livres interactifs.

Prendre en compte l’environnement dès la phase de conception d’un produit ou d’un service n’est pas un effet de mode. C’est bien plus profond que ça. L’éco-design permet de se démarquer de la concurrence, d’acquérir de nouveaux marchés, de réaliser des économies, d’anticiper des évolutions législatives...

Exemples : Avec l’aide d’un designer, Arthos Technics  a développé un système d’éclairage public qui adapte la luminosité en fonction des besoins des usagers de la route – camions, voitures, piétons… Mathy by Bols chauffe ses ateliers avec les rebuts de production. DESIGNpoint amorce des réflexes de réemploi au niveau industriel, en créant notamment des objets promotionnels à partir de bâches recyclées, ce qui permet aux entrepreneurs de prendre leurs responsabilités par rapport à la fin de vie des déchets qu’ils génèrent. Des entreprises comme EXKi ou La Ressourcerie Namuroise sont de beaux exemples d’upcycling, c’est-à-dire transformer des matériaux récupérés ou des produits devenus sans usage en de nouveaux matériaux ou objets d’une qualité d’usage supérieure.

Dans les grandes entreprises, une méthode de travail précise associe trois compétences : Ingénierie – Marketing – Design industriel. C’est entre autres le cas dans le secteur automobile, où cette méthode de travail existe depuis des décennies. La preuve qu’elle est efficace. Or, ce principe de travail conjoint, on le rencontre rarement dans les PME. Les cursus d'études restent très cloisonnés : un futur ingénieur reçoit peu de notions de design industriel, par exemple. Pourtant, il y a tout intérêt à associer ces trois compétences en amont de la réflexion conduisant à l’élaboration d’un produit industrialisable en série. Les hélicoptères sans pilote de la société Flying-Cam, ou encore les kits de diagnostic médical de ZenTech, sont de beaux exemples de collaborations «tripartites» réussies, chaque métier ayant stimulé l’autre pour aboutir au produit actuel.

Toutes les organisations, même celles du secteur non-marchand, ont toujours des "clients" à séduire : futurs hospitalisés lors du choix d’un hôpital, parents qui cherchent une école pour leur enfant, jeunes à la recherche d’une commune où il fait bon vivre, professionnels en quête d’un réseau d’affaires…

Exemples : Plusieurs villes et communes (Charleroi, Hannut, Verviers…) ont récemment fait appel à des designers spécialisés en city branding pour revoir leur image, dans le cadre de programmes destinés à rendre leur territoire plus attractif.

Le monde de l'entreprise et celui du design restent malheureusement éloignés et se connaissent peu. Le design est encore loin d’être une évidence en Wallonie, alors qu'il peut avoir des effets positifs sur l’économie et l’emploi.

Il est dès lors important d’informer, de guider, de connecter et de valoriser les entrepreneurs et les designers afin de créer des ponts entre ces deux mondes.

Madeleine Dembour pour Wallonie Design

 vers la version PDF

Design Produits | Design Mobilier | Design Management | Design Communication | Design d'Espace | Design Packaging
Articles divers
Partagez cet article :
FACEBOOK LINKEDIN TWITTER GOOGLE+

VOUS AIMEREZ AUSSI


KIKK Design

Le KIKK festival, ce déroulera du 2 au 4 novembre. Cette année, une nouveauté : le [...]


Définir ou préciser un projet de développement de votre entreprise

Voilà ce qui a été proposé à WISTITEE dans le cadre de son accompagnement TRIPOD [...]


From Belgium with light

Les belges ont (presque) inventé la lumière… Les designers belges excellent dans l’éclairage artificiel, et [...]





Rue Paradis, 78
B-4000 Liège
+32 (0)4 229 27 77
info@walloniedesign.be

Wallonie Design,
le trait d’union
entre entreprises
et designers

NEWSLETTER

lire la dernière

recevoir les prochaines

2